Pierre Lellouche, enfant du 9e arrondissement, est diplômé d’Études Supérieures de la Faculté de Droit de Paris, ainsi que de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est également Masters et Docteur en Droit de la Faculté de Droit de Harvard.

Avant la politique…

Après son service militaire dans l’Armée de terre, il est l’un des fondateurs et des principaux animateurs du nouvel Institut Français des Relations Internationales (IFRI). Il y est notamment responsable de l’ensemble du secteur politico-stratégique et Rédacteur en Chef adjoint de la revue Politique Étrangère.

Parallèlement, il collabore pendant cette période en tant qu’éditorialiste à diverses publications, dont Le Point, Newsweek, l’International Herald Tribune et Sekai Nippo (Tokyo). Il enseigne également à l’ENA, à l’INSEAD, dans différentes écoles de guerre et à l’Université de Galatasaray (Istanbul) en 2008.

Devenu en janvier 1989, Conseiller diplomatique de Jacques Chirac, Maire de Paris et Président du RPR, il poursuit également ses collaborations régulières dans la presse (éditorialiste au Point, au Figaro et à Newsweek), ainsi que ses activités d’enseignement et d’avocat international.

Fonctions électives

Élu Député en 1993, Pierre Lellouche est réélu en 1997, en 2002, en 2007 (au premier tour) Député de la IVe circonscription de Paris (8e et 9e arr. de Paris), puis le 17 juin 2012, Député de la Ière circonscription de Paris (désormais élargie aux 1er et 2e arrondissements, en plus des 8e et 9e). Il est Conseiller de Paris, représentant le 8e arrondissement, depuis mars 2001.

A l’Assemblée nationale, il a présidé la Délégation française à l’Assemblée parlementaire de l’OTAN, avant d’être élu, entre 2004 et 2006, Président de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN.

Au cours de la dernière Législature (2012-2017), il était membre de la Commission des Affaires étrangères et Président du groupe d’amitié parlementaire France-Géorgie, ainsi que du groupe d’étude sur la région du Kurdistan irakien, créé à son initiative. Il est également Vice-président des groupes d’amitié parlementaire France – Afghanistan ; France – Albanie ; France – États-Unis ; France – Pakistan et France – Somalie, ainsi que du groupe d’étude sur le gaz de schiste.

Au cours de cette même Législature, Pierre Lellouche a présidé la mission d’information sur l’intervention française au Mali et au Sahel. Il a été membre de la Commission d’enquête sur les attentats de Paris et de Saint-Denis. Il a également l’orateur de son Groupe parlementaire lors de plusieurs débats relatifs aux affaires internationales, notamment lors du débat sur le prolongement de l’opération militaire « Chammal » en Irak et « Serval » au Mali, ainsi que lors de la discussion de loi Cazeneuve relative au renforcement des mesures de lutte contre le terrorisme (septembre 2014).

Il a également été un des deux co-rapporteurs de la mission permanente de la Commission des Affaires étrangères sur la lutte contre le terrorisme international.

Il a présidé la mission d’information commune de la Commission des Affaires étrangères et de la Commission des Finances sur l’extraterritorialité de la législation américaine, qui a rendu un rapport remarqué en octobre 2016.

Fonctions politiques

Membre du Bureau politique de l’UMP, puis des Républicains, Pierre Lellouche a été en 2004, Secrétaire général adjoint chargé des Etudes à l’UMP, puis en 2005, Délégué général à la défense du Mouvement, avant d’être nommé, par le Président Nicolas Sarkozy, au poste de Délégué général de l’UMP, puis des Républicains, aux Relations internationales.

Dans l’Exécutif

En 2003, il a été chargé par le Président Jacques Chirac de conduire la négociation en vue de l’implantation du réacteur expérimental ITER à Cadarache. En qualité d’Émissaire du Gouvernement, il a négocié ce grand projet de coopération scientifique internationale (budget 10 milliard d’euros), d’abord avec l’Union européenne, puis avec les membres du consortium ITER (États-Unis, Japon, Corée du Sud, Russie et Chine).
Sous la mandature du Président Nicolas Sarkozy (2007-2012), il a été successivement Chargé de mission auprès du Président de la République sur les relations franco-turques (mars 2008), puis en 2009, Représentant spécial de la France pour l’Afghanistan et le Pakistan (Af-Pak). Dans le cadre de cette dernière mission, Pierre Lellouche était en charge du volet civilo-militaire de l’intervention française, ainsi que de son environnement diplomatique avec nos alliés, ainsi que avec les puissances régionales (Inde, Pakistan notamment).

Nommé au Gouvernement en juin 2009, il est Secrétaire d’État chargé des Affaires européennes, où il introduit le concept de réciprocité dans la politique commerciale de l’Union, qui servira de base dans les négociations qui suivront avec le Canada (CETA) et les Etats-Unis (TAFTA). Dans le cadre de ses fonctions, il a également bloqué l’extension de l’Accord de Schengen à la Roumanie et à la Bulgarie, tout en préparant le Conseil des ministres franc-allemand réuni en 2010. Quelques mois plus tôt, il avait organisé la commémoration du vingtième anniversaire de la Chute du Mur de Berlin (9 novembre 2009), Place de la Concorde à Paris, une manifestation financée entièrement sur fonds privés.

Nommé, en novembre 2010, Secrétaire d’État au Commerce extérieur, en plus de très nombreux déplacements à l’étranger pour la promotion de nos exportations, il a, sur le territoire national, développé un label « Made in France », réformé le statut des conseillers du Commerce extérieur, créé un guichet unique export dans chacune de nos régions et développé une politique de filières à l’export dans de nombreuses filières industrielles et agro-alimentaires. L’objectif étant de renforcer notre base industrielle à l’export. La plupart de ces politiques ont été maintenues et poursuivies par ses successeurs sous le quinquennat de François Hollande.

A l’Assemblée nationale 

Propositions de loi de Pierre Lellouche adoptées par l’Assemblée nationale

Pierre Lellouche est l’auteur de la proposition de loi tendant à aggraver les peines punissant les infractions à caractère raciste ou antisémite, adoptée à l’unanimité par l’Assemblée nationale le 10 décembre 2002. Cette loi dite « loi Lellouche » a été promulguée le 3 février 2003. Elle a trouvé, malheureusement, à s’appliquer dans « l’affaire Ilan Halimi », et dans bien d’autres agressions à caractère racistes et antisémites.

Une seconde loi créant une circonstance aggravante du même ordre a été votée à l’Assemblée nationale en 2005, sur une proposition de Pierre Lellouche en vue de réprimer les crimes et délits à caractère homophobe.

Propositions de loi déposées par Pierre Lellouche

Lors de la dernière Législature, Pierre Lellouche a déposé les propositions de loi suivantes :

  • Proposition de loi constitutionnelle visant à inscrire dans le préambule de la Constitution, les principes de dignité de la personne humaine et de respect du corps humain ;
  • Proposition de loi relative au mode de scrutin pour l’élection du maire de Paris ;
  • Proposition de loi autorisant l’ouverture des commerces la nuit dans les zones touristiques d’affluence exceptionnelle ou d’animation culturelle permanente ;
  • Proposition de loi rendant obligatoire, pour toute personne condamnée pour des faits de pédopornographie, pédophilie ou toute autre infraction de nature sexuelle sur mineur, l’interdiction définitive d’exercer une activité professionnelle ou bénévole impliquant un contact habituel avec des mineurs.

Ainsi que les propositions de résolutions suivantes :

  • Proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sur les dysfonctionnements du système de contrôle aux frontières dans le cadre de la lutte antiterroriste ;
  • Proposition de résolution relative à la Gestation pour autrui (GPA), à la suite de la décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) du 26 juin 2014 ;
  • Proposition de résolution sur l’avenir politique de la construction européenne (débattue à l’Assemblée nationale en avril 2013) ;
  • Proposition de résolution invitant le Gouvernement à renégocier les conditions de saisine et les compétences de la Cour européenne des droits de l’homme, sur des questions touchant à la sécurité nationale et à la lutte contre le terrorisme (débattue à l’Assemblée le 2 avril 2015).

Pierre Lellouche a également été à l’initiative de la proposition de résolution visant à enclencher, pour la première fois, la procédure de destitution de François Hollande pour manquement à ses devoirs de Président de la République, à la suite de la divulgation d’informations secrètes concernant la sécurité nationale par François Hollande auprès de deux journalistes du Monde, qui les ont ensuite publiées dans leur livre Un président ne devrait pas dire ça…. La proposition de résolution devait cependant être écartée pour de mauvais prétextes de procédure par la majorité socialiste du Bureau de l’Assemblée nationale le 23 novembre 2016.

Rapports et missions d’information parlementaires

Pierre Lellouche a également présidé plusieurs missions d’information et a publié différents rapports parlementaires consacrés à la fiscalité du marché de l’art (1999 et 2003), à la sécurité alimentaire (1999), à la prolifération nucléaire (2000), aux questions de défense et de désarmement (2003), au statut et à la protection des journalistes en temps de guerre (2006), ainsi que sur l’extraterritorialité des lois américaines (2016).

A Paris

Élu de terrain, Conseiller municipal et Conseiller de Paris, Pierre Lellouche vit dans sa circonscription et est en contact permanent avec ses habitants, partageant leur quotidien et leurs préoccupations.

Fort de cette expérience, il est intervenu sur la plupart des grands dossiers qui touchent au cœur de notre Capitale : sécurité, logement, circulation, fiscalité, propreté, scolarité,… se confrontant à une politique municipale très idéologique, voire sectaire, conduite de façon autoritaire par Mme Hidalgo. De plus en plus impopulaire, celle-ci s’ingénie à rendre la vie de plus en plus difficile aux Parisiens, déjà souvent stressés, et malheureux de constater ce qu’il advient de leur ville, dont le déclassement s’accélère chaque jour un peu plus parmi les grandes Capitales du monde.

Pour renforcer l’attractivité économique et touristique de notre Capitale, Pierre Lellouche a défendu l’ouverture des commerces la nuit et le dimanche et poussé le Gouvernement socialiste à revoir sa carte du découpage des Zones touristiques internationales (ZTI), afin que les Parisiens puissent bénéficier pleinement d’une réforme pour laquelle il s’est battu pendant plus vingt ans à l’Assemblée nationale comme au Conseil de Paris. Tous ces efforts semblent enfin porter leurs fruits, non sans résistance de la Maire de Paris.

Pierre Lellouche s’est également farouchement opposé aux multiples mesures néfastes et confiscatoires du Gouvernement socialiste et de la Mairie de Paris (tiers payant généralisé, encadrement des loyers, augmentation de la taxe de séjour). L’ouverture de salles de shoot dans le quartier de la Gare du Nord, à la lisière du 9e arrondissement, est source d’insécurité pour les habitants, ce dont la municipalité persiste à ne pas entendre, comme le confirme le dernier Conseil de Paris tenu fin mars 2017.

La fermeture des voies sur berges rive droite, décision arbitraire prise au mépris de l’enquête publique et sans consultation avec les habitants et les élus des arrondissements concernés, n’a fait que rendre plus insupportable encore le quotidien de Parisiens et de nombreux Franciliens amenés à venir sur Paris, notamment pour y travailler – sans naturellement faire baisser en quoi que ce soit la pollution dans nos rues, bien au contraire. La thrombose dans notre Ville désormais embouteillée en permanence, s’ajoute dans le centre de Paris au foisonnement de grands chantiers (Les Halles, La Samaritaine, La Poste du Louvre,…), là encore très pénible pour les riverains et les habitants. Pourtant, la Maire de Paris compte accélérer sa guerre anti-voitures notamment sur la rue de Rivoli et d’autres axes majeurs, en augmentant considérablement les coûts et les PV de stationnement, ces derniers étant même délégués à des sociétés privées…

Le matraquage fiscal, subi par tous, et mené de concert par le Gouvernement et la Mairie de Paris, a été sans effet sur une dette publique désormais de près de 100% du PIB et, à Paris, sur un « trou » budgétaire de près de 500 millions d’euros hérité de quinze ans de gestion socialiste. Les retraités, les professions libérales, les classes moyennes chassées de Paris par la hausse des loyers et de l’immobilier, nul n’a été épargné, alors que plusieurs scandales montrent que des élus de la Majorité socialiste ne se privent pas de se servir parmi le parc locatif de la Ville.

Pierre Lellouche a exigé du Gouvernement et de la Mairie de Paris diverses mesures relatives à la sécurisation et la tranquillité de nos quartiers : renforts de police, installation de caméras de vidéosurveillance, notamment devant nos écoles, mesures contre la mendicité organisée (les arrêtés anti-mendicité, qu’il avait mis en place sous le quinquennat précédent, ont été supprimés après l’alternance de 2012), fermeture des prétendus salons de massage véritables officines de prostitution. Il a également contesté l’installation de centaines de migrants face auxquels la Ville semble complètement impuissante, voire indifférente.

Dans le cadre de la loi adoptée au début de l’année 2017 sur le statut de Paris, Pierre Lellouche, avec ses collègues du Groupe Les Républicains, a tenté en vain de convaincre Mme Hidalgo de créer une véritable police municipale, de déconcentrer un certain nombre d’attributions clefs, notamment en matière de propreté, aux Maires d’arrondissement – là encore sans être entendu. Le texte finalement adopté, fruit d’arrangements politiciens entre Mme Hidalgo et le Premier ministre d’alors, Manuel Valls, aboutira à principalement à fusionner les quatre premiers arrondissements de Paris, afin de créer un secteur électoral favorable à la Gauche. Le résultat de ce tripatouillage électoral est de sacrifier au passage, le Maire du 1er arrondissement, Jean-François Legaret, particulièrement apprécié de ses administrés pour son travail et son dévouement. S’en suit tout naturellement, hélas, la fusion engagée dès le mois de mars 2017, des maisons d’associations dans les différents arrondissements, au mépris, là encore, de l’impératif de proximité auprès des habitants.

Sur tous ces points, rejoignez la pétition en ligne de Pierre Lellouche sur change.org.

Publications

Pierre Lellouche est l’auteur de nombreux articles et ouvrages. Parmi ses publications :

– Une Guerre Sans Fin, Éditions du Cerf (2017)

– Rapport d’information parlementaire sur l’extraterritorialité de la législation américaine (2016)

– Mondialisez-vous ! Manifeste pour une France conquérante, Éditions du Moment, (2012)

– L’Allié Indocile : la France et l’OTAN de la Guerre froide à l’Afghanistan – Editions du Moment (2009)

– Illusions Gauloises, Plaidoyer pour une France debout – Editions GRASSET (2006)

– La République Immobile- Editions GRASSET (1998)

– Le Nouveau Monde, de l’ordre de Yalta au désordre des nations, Editions GRASSET (1992) Prix aujourd’hui, HACHETTE Pluriel (1993)

– Le Couple Franco-Allemand et la Défense de l’Europe, avec Karl KAISER, IFRI-Economica (1986)

– L’avenir de la Guerre, essai, Editions MAZARINE (1985)

– Pacifisme et Dissuasion, IFRI-Economica (1983)