18 mars 2017

Communiqué de presse

Et une proposition démagogique de plus !

Emmanuel Macron a proposé aujourd’hui de réinstaurer un service militaire obligatoire, mais pour une période d’un mois.

On voit mal en quoi cette innovation coûteuse serait de la moindre utilité pour la sécurité du pays : une période de quatre semaines est tout à fait insuffisante pour une instruction militaire digne de ce nom. M. Macron devrait pourtant savoir que l’armée de métier est une réalité qui s’impose au vu de la situation géopolitique mondiale depuis la fin de la Guerre Froide.

Le temps n’est plus aux gros bataillons ni aux guerres inter-étatiques, mais à la lutte antiterroriste et aux conflits en périphérie de l’Europe qui nécessitent une armée professionnalisée.

Ce choix a été fait sous la Présidence de Jacques Chirac en 1997 et été confirmé depuis sous tous les gouvernements et par les livres blancs successifs.

La priorité aujourd’hui est d’armer et de payer convenablement nos soldats, dont il faut rappeler le remarquable travail, d’où la nécessité de monter le plus rapidement possible le budget de la défense à 2% du PIB, ce que propose François Fillon.

La conscription-croupion de 600 000 jeunes en France chaque année nécessiterait des moyens financiers considérables, dont M. Macron ne parle pas, et entraînerait une immobilisation de dizaines de milliers de cadres dont l‘armée a besoin pour ses opérations extérieures.

Elle ne répondrait pas davantage aux besoins d’intégration d’une partie de notre jeunesse, une question qui relève d’abord de l’école et de l’accès à l’emploi.

Une fois de plus, nous sommes dans l’enfumage et l’improvisation.

 

Pierre Lellouche

Député de Paris