Ce jeudi 25 janvier, j’ai été reçu avec plusieurs de mes collègues Les Républicains du Conseil de Paris, dont mon ami et suppléant, le maire du 1er, Jean-François Legaret, par le Préfet de Police de Paris, Michel Cadot, afin de faire le point sur la situation engendrée par la fermeture des voies sur berges de la rive droite, fermeture effective par arrêté municipal depuis le 18 octobre dernier.

Ce n’est malheureusement ni la première, ni la dernière fois que je suis amené, en tant que conseiller de Paris, mais également en tant que député de la 1ère circonscription de Paris comprenant les 1er, 2e, 8e et 9e arrondissements – dont les habitants sont directement impactés par les reports de circulation et les nuisances diverses (bruit, pollution, temps de transports…) liée à cette mesure – à interpeller le Préfet de Police sur cette décision arbitraire, qui n’a fait que rendre plus insupportable encore le quotidien de Parisiens et de nombreux Franciliens amenés à venir sur Paris, notamment pour y travailler.

Aujourd’hui, la situation est la suivante :

–          Augmentation de la pollution atmosphérique depuis août 2016 selon le troisième rapport d’étape du Comité régional de suivi et d’évaluation des impacts de la piétonisation des voies sur berge rive droite à Paris : les quais hauts, principale voie de report, subissent notamment une augmentation des émissions de polluants de l’ordre de 50 % (hausses de 40% pour les particules fines).

–          Augmentation des nuisances sonores : doublement du niveau de bruit la nuit.

–          Augmentation de 51 % du trafic sur les quais hauts

–          Augmentation de 135 % du temps de parcours le soir entre les Tuileries et le Châtelet

–          Augmentation de 21% du temps de parcours sur le Boulevard Saint-Germain

–          Augmentation de plus de 25 % du trafic dans certaines rues, comme celle de la Convention dans le XVe arrondissement, avec le report de la circulation

–          Augmentation de 15% du temps de parcours dans les transports en commun (notamment sur la ligne de Bus n°72)

–          Augmentation jusqu’à 25 % du temps de parcours sur le périphérique

Et la liste n’est pas exhaustive !

Pour autant, la Mairie de Paris réfute ces données et annonce à tout-va, dans les médias, des aménagements de voiries sur les principaux axes de report de la circulation, alors même que l’arrêté prévoit une période d’observation de 6 mois au moins et la réversibilité des aménagements.

Les projets annoncés par la Maire de Paris (mise à double sens de la rue de Rivoli entre la place de la Concorde et la rue du Général Lemonnier, création d’une piste cyclable bidirectionnelle sur la rue de Rivoli…) ignorent majestueusement la période d’observation convenue.

A Michel Cadot, nous avons donc :

  1. Rappelé qu’il s’était engagé personnellement à ce qu’aucune nouvelle mesure d’aménagement ne soit prise pendant la période d’observation, et donc qu’aucun des nouveaux projets de circulation annoncés par la Maire ne serait mis en œuvre avant l’évaluation complète de la piétonnisation des berges de Seine rive droite..
  2. Relayé l’exaspération partagés par les Parisiens et les Franciliens devant cette situation.
  3. Indiqué l’urgence pour l’Etat, de reprendre en main ce dossier, car la Maire de Paris ne peut pas décider seule de rendre la vie impossible à 12 millions de personnes.

Le comportement autoritaire et autiste de la Maire de Paris est devenu insupportable tant pour les Parisiens que pour les Franciliens : notre Capitale à laquelle nous sommes si attachés, n’a jamais été aussi sale, embouteillée, peu sûre, clochardisée et polluée.

Je le redis avec force : Paris mérite mieux.

 

Je vous invite donc à continuer à signer notre pétition en ligne

La réponse du Préfet de Police après la réunion avec notre délégation d’élus LR du Conseil de Paris

 

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You may use these HTML tags and attributes:

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>