Skip to content

Mon intervention dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale sur la Résolution socialiste portant sur la reconnaissance de l’Etat palestinien

Assemblée nationale, 28 novembre 2014

Mon intervention à l’Assemblée nationale sur la Résolution socialiste portant sur la reconnaissance de l’Etat palestinien

Intervention publique sur la résolution socialiste portant sur la reconnaissance de l’Etat palestinien (n°2387)

Pierre Lellouche

28 novembre 2014

Mes chers collègues,

Si elle était adoptée, la Résolution proposée ce matin par le groupe Socialiste entrainerait, et je pèse mes mots, un changement radical de la ligne diplomatique française sur le conflit israélo-palestinien, constamment soutenue depuis 40 ans sous tous les gouvernements, à savoir que la France est favorable à la reconnaissance de deux Etats, israélien et palestinien vivant côte-à-côte et dans la paix, la reconnaissance de la Palestine devant découler d’un tel accord de paix, et non l’inverse. Je rappelle que cette position, qui jusqu’ici a fait l’objet d’un consensus bipartisan, est également devenue celle de l’Europe dès 1978 par la Déclaration de Venise.

L’initiative du groupe Socialiste pose trois problèmes distincts : est-elle conforme à l’esprit de nos institutions ? Est-elle susceptible de contribuer à la reprise des négociations et donc à la paix ? Est-elle de nature à apaiser le débat en France ou à l’inverse à accroître le climat d’inquiétudes et de tensions qui caractérise certaines parties de la communauté nationale ? A ces trois questions, il faut hélas répondre par la négative. Lire…

Non au désarmement (budgétaire) unilatéral !

Tribune de Pierre Lellouche parue dans l’Opinion

30 octobre 2014

 

Avec la multiplication des foyers de guerre et de tensions en Europe, au Maghreb et au Proche-Orient, avec la course aux armements en Asie et la menace djihadiste qui concerne directement nos démocraties, jamais la situation internationale n’a été aussi grave depuis la fin de la Guerre froide.

C’est dans ce contexte que l’Europe, dont la France, choisit la voie périlleuse du désarmement budgétaire unilatéral. Partout en Europe les dépenses de défense sont tombées autour de 1% du PIB (1,4% en France). Chez nous, cette réduction se traduit par la fonte des effectifs, la fermeture de régiments, alors que jamais l’Armée n’a été autant sollicitée sur des théâtres exigeants.

A elles seules, ces interventions représenteront en 2014 un surcoût de 1,2 milliard d’euros au moins, Lire…

Mon interview par Jean-François Achilli sur France Info


Lellouche : "L'Otan devrait se mobiliser… par FranceInfo

France Info – 24 octobre 2014

La vidéo de mon intervention en Commission élargie sur le budget de la Défense pour 2015

Assemblée nationale, Commission élargie de la mission « Défense » dans la cadre du Projet de Loi de finances pour 2015 (23 octobre 2014)

La vidéo de ma question au gouvernement sur la lutte contre la propagation du virus Ebola

Assemblée nationale, séance de Questions au gouvernement (22 octobre 2014)