Skip to content

Attentat islamiste au Carrousel du Louvre

3 février 2017

Communiqué de presse

Suite à l’attentat islamiste survenu ce matin au Carrousel du Louvre, dans ma circonscription du centre de Paris, je tiens à dire toute mon estime et tout mon respect pour le sang-froid et le professionnalisme de nos forces de sécurité (nos militaires de l’Opération Sentinelle, ainsi que nos policiers).

L’agresseur a été mis hors état de nuire instantanément.

Il est vivant, ce qui va permettre de conduire une enquête complète.

J’ai une pensée pour notre militaire blessé à qui je veux témoigner notre gratitude.

 

Pierre Lellouche

Député de la 1ère circonscription de Paris

Fermeture des voies sur berges : il est urgent d’arrêter la mascarade

Ce jeudi 25 janvier, j’ai été reçu avec plusieurs de mes collègues Les Républicains du Conseil de Paris, dont mon ami et suppléant, le maire du 1er, Jean-François Legaret, par le Préfet de Police de Paris, Michel Cadot, afin de faire le point sur la situation engendrée par la fermeture des voies sur berges de la rive droite, fermeture effective par arrêté municipal depuis le 18 octobre dernier.

Ce n’est malheureusement ni la première, ni la dernière fois que je suis amené, en tant que conseiller de Paris, mais également en tant que député de la 1ère circonscription de Paris comprenant les 1er, 2e, 8e et 9e arrondissements – dont les habitants sont directement impactés par les reports de circulation et les nuisances diverses (bruit, pollution, temps de transports…) liée à cette mesure – à interpeller le Préfet de Police sur cette décision arbitraire, qui n’a fait que rendre plus insupportable encore le quotidien de Parisiens et de nombreux Franciliens amenés à venir sur Paris, notamment pour y travailler.

Aujourd’hui, la situation est la suivante : Lire…

Parution ce vendredi de mon nouveau livre « Une Guerre Sans Fin » aux éditions du Cerf

  

 

Ouverture des commerces le dimanche

Aujourd’hui, grande nouvelle (!) : les Galeries Lafayette sont pour la première fois ouvertes chaque dimanche.

Ce combat, je l’ai commencé il y a vingt ans, en y travaillant d’abord avec Jean-Pierre Raffarin en 1996, alors Ministre du commerce, puis en déposant, dans les années 2000 à l’Assemblée nationale, différents textes (proposition de loi, amendements) visant à permettre l’ouverture des magasins le dimanche, en échange du doublement des salaires des employés concernés.

Que de résistances de tous côtés et de combats, pour en arriver à cette situation de bon sens qui fait qu’enfin les touristes étrangers, au lieu d’aller à Londres vont pouvoir consommer à Paris le dimanche, les consommateurs français aussi, tandis que les salariés vont gagner plus et les étudiants trouver des emplois d’appoint pour aider à financer leurs études.

Aujourd’hui le mérite en est attribué à la fameuse loi Macron. Je constate pour ma part que Macron a su astucieusement « démouler » du Lellouche. Tant mieux pour l’intérêt général.

Pierre Lellouche, député de la 1ère circonscription de Paris
(Printemps et Galeries Lafayette, Champs-Elysées, BHV, Halles et quartier du Louvre-Rivoli-Samaritaine).

Statut de Paris : précision après publication de l’article de Mme Sophie Huet dans Le Figaro

Contrairement à ce qu’écrit Madame Sophie Huet dans son papier du Figaro ce jour, étaient présents en séance pour la discussion du Statut de Paris outre Mme Kosciusco-Morizet, M. Goasguen et M. Goujon, votre serviteur Pierre Lellouche qui a beaucoup bataillé, tant en Commission qu’en séance publique, contre ce texte.

Ce texte est particulièrement important pour sa circonscription, puisqu’il vise à supprimer deux arrondissements qui en font partie, le 1er et le 2e, et qu’il vise également à supprimer le Maire du 1er, M. Jean-François Legaret, qui n’est autre que son suppléant.

Dans ces conditions, il a téléphoné au Figaro et à l’intéressée Mme Sophie Huet, qui lui a assuré qu’il ne s’agissait que d’un oubli de sa part, et qu’il n’y avait « pas d’intention de nuire ». Dont acte.

Mais il tenait à préciser aux Parisiens qu’il s’est beaucoup battu contre ce texte.

Mon voeu pour l’installation d’une crèche de Noël sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris rejeté avec une grande brutalité par la Majorité de Mme Hidalgo

En réponse aux propos de la Majorité Socialo-Ecolo-Communiste

Paris, le 15 décembre 2016

Madame, Monsieur,

Lors du dernier Conseil de Paris qui s’est tenu en ce début de semaine, j’ai souhaité soumettre à délibération un vœu (dont vous trouverez ci-joint copie), proposant l’installation temporaire d’une crèche de Noël sur le parvis de l’Hôtel de Ville, afin de renouer avec une tradition qui connut, au temps de Jacques Chirac, un grand succès, attirant chaque année plusieurs centaines de milliers de personnes.

Voici ce qu’en disait d’ailleurs récemment le philosophe Paul Thibaud, ancien directeur de la revue Esprit, dans un entretien accordé à L’Express et publié dans son numéro du 7 décembre dernier.

« L’installation de crèches dans les mairies me paraît une indiscrétion grossière, mais c’est avoir une conception fausse de la laïcité que de vouloir éliminer les signes chrétiens, en particulier les crèches, de l’espace public. Du temps de Chirac, il y a eu une crèche devant l’hôtel de ville de Paris. Noël, la lumière qui revient, la naissance (« Un enfant nous est né ! »), c’est la fête la plus partageable qui soit, même si la naissance célébrée n’est pas la même pour tous. Une certaine intransigeance laïque est non seulement offensante pour les chrétiens, mais dangereuse, parce qu’elle incite les musulmans à faire société à part. La laïcité historique, partage de la chose publique sous l’autorité de la loi, est originairement catho-républicaine, il faut chercher à l’élargir, non à la durcir et à vider l’espace public de tout ce qui n’est pas commercial. »

Ma proposition cadrait parfaitement avec les décisions récentes du Conseil d’Etat par lesquelles ont été précisées les conditions de légalité de l’installation temporaire, dans un emplacement public, de crèches de Noël par des personnes publiques. Décisions par lesquelles, le Conseil d’Etat se montre favorable à l’installation de telles crèches, eu égard à la pluralité de significations qu’elles revêtent, et lorsqu’elles présentent un caractère culturel, artistique ou festif.

C’est hélas cette « intransigeance laïque » qui s’est exprimée ce mercredi Lire…