Skip to content

France-Allemagne: le double déni (3/4)

France-Allemagne: le double déni (3/4) France-Allemagne: le double déni (3/4)

France-Allemagne: le double déni (1/4)

France-Allemagne: le double déni (1/4) France-Allemagne: le double déni (1/4)

Plaidoyer pour moderniser la vie démocratique à Paris

Plaidoyer pour moderniser la vie démocratique à Paris Plaidoyer pour moderniser la vie démocratique à Paris

Les renoncements européens de François HOLLANDE

Les renoncements européens de François HOLLANDE Les renoncements européens de François HOLLANDE

Attentat de Nice : Bernard Cazeneuve doit s’expliquer ou démissionner

La gestion par le Gouvernement de la sécurité des personnes, à l’occasion du rassemblement du 14 juillet à Nice, est en train de tourner au scandale d’État :

- l’enquête est en train de montrer que l’auteur de l’attentat, loin d’être un radicalisé de fraîche date comme l’avait prétendu le Ministre de l’Intérieur au lendemain de la tuerie, avait plusieurs complices et avait préparé son plan depuis de nombreux mois ;

-contrairement, là encore, aux affirmations du Ministre de l’Intérieur, la police nationale n’avait pas en charge l’accès à la promenade des Anglais, ce qui a permis à l’auteur de l’attentat de faire passer son camion et de se livrer au massacre ;

-enfin, on découvre que l’un des services chargés de l’antiterrorisme, la SDAT, a demandé officiellement à la Mairie de Nice la destruction des bandes vidéos tournées pensant l’attaque.

Cela fait beaucoup. Après 253 morts et plus de 800 blessés en 18 mois, le Ministre de l’Intérieur doit s’expliquer. Ou s’en aller.

 

Pourquoi je ne voterai pas la prorogation de l’état d’urgence

Depuis le début de la vague d’attentats islamistes qui ont frappé notre pays, j’ai, par souci d’unité nationale, et avec l’ensemble de mes collègues de l’Opposition, voté l’instauration de l’état d’urgence en novembre 2015, ainsi que ses trois prorogations successives (novembre 2015, février et mai 2016), la dernière devant s’achever ce 26 juillet.

Comme pour d’autres textes touchant à l’antiterrorisme, j’avais fait part, à chaque fois, de mes réserves quant à leur inefficacité, compte tenu de l’absence d’une stratégie d’ensemble du Gouvernement, face à cette guerre.

Mais cette fois, après le massacre de Nice, trop c’est trop ! Avec beaucoup de Français, j’éprouve un sentiment de colère et d’exaspération devant l’échec patent d’une politique faite davantage de postures et de communication, que d’action véritable pour réformer notre appareil de sécurité à la hauteur de ce qu’il faut bien appeler la situation de guerre longue et cruelle, à laquelle nous sommes désormais confrontés.

La compassion, les marches, les discours, les bougies, ne sont d’aucun secours dans cette guerre.

Qui ne se souvient de Lire…

15 juil 2016 / Médias, Presse

Annulation des célébrations du 14 juillet en Turquie pour raison de sécurité

Sur la base d’informations dont ils disposaient, indiquant des risques d’attentats le 14 juillet, les services de renseignements turcs ont demandé aux autorités diplomatiques françaises à Istanbul et Ankara d’annuler les célébrations du 14 juillet dans ces deux villes.

Il n’est pas pensable que cette information ne soit pas parvenue à Paris.

Quelles sont alors les mesures de sécurité supplémentaires, qui ont été prises sur notre territoire, et notamment dans nos grandes villes? C’est la question que je me pose ce matin au lendemain de la tragédie de Nice.

Je ne doute pas, qu’après la période de deuil national, le Gouvernement ne manquera pas de nous éclairer sur ce point.

15 juil 2016 / Médias, Presse

Attentat à Nice : il est grand temps de passer à l’action

15 juillet 2016

Communiqué de presse

Un an et demi après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher, après le Bataclan et Saint Denis, l’assassinat ces dernières semaines des fonctionnaires de police de Magnanville, et aujourd’hui Nice, le temps de la compassion et de la sidération médiatique doit s’arrêter. Il est grand temps de passer à l’action.

La France ne peut pas continuer à subir une guerre sans la mener pleinement. Avant-hier, le Ministre de la Justice expliquait que la prorogation de l’état d’urgence n’avait plus d’objet, puisque l’arsenal législatif est suffisant. Aujourd’hui, on nous annonce sa prorogation. Ces faux semblants doivent s’arrêter et pour ma part, je n’ai pas l’intention de voter un texte qui ne sert à rien, et dont la dernière prorogation excluait même les rétentions administratives.

La commission d’enquête parlementaire sur les attentats de 2015, à laquelle j’ai participé, a montré les failles de nos systèmes de renseignement. On a vu avec quel mépris l’exécutif avait accueilli nos propositions. Là encore il est grand temps d’agir.

Rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur les attentats terroristes de 2015 : mon opinion divergente

Opinion divergente de Pierre Lellouche

Pour avoir suivi avec beaucoup d’attention et d’assiduité les travaux de notre Commission d’enquête, je tiens d’abord à rendre hommage au Président Georges Fenech et au Rapporteur Sébastien Pietrasanta, à la fois pour le sérieux de leur travail, et également pour l’esprit non partisan qu’ils ont su faire régner des mois durant, tout au long des travaux de la Commission.

Un tel état d’esprit me parait suffisamment rare, hélas, dans le travail quotidien à l’Assemblée nationale et dans notre vie politique en général, pour être souligné. C’est ce que je veux faire d’abord et sans réserve ici.

En second lieu, le Président et le Rapporteur ont bien voulu accéder à différentes suggestions que j’ai émises qui, je pense, ont été utiles. L’idée d’abord de tenir à huis clos nos auditions, ce qui a permis un dialogue approfondi avec les personnes auditionnées, et évité toute fuite intempestive dans la presse.

De même, sur ma suggestion, la Commission s’est rendue en Israël et aux Etats-Unis, ce qui, je crois, a permis de comparer, là encore de façon très utile, les systèmes de lutte antiterroriste avec d’autres pays concernés par Lire…

12 juil 2016 / Médias, Presse

830 millions d’euros de bénéfice pour l’UEFA au sortir de l’Euro 2016

Les dirigeants de l’UEFA rentrent à Genève les caisses pleines, après avoir engrangé un profit de 830 millions d’euros grâce au championnat d’Europe des nations en France, sans impôt, merci la Gauche.

Dommage que personne n’ait l’idée parmi les responsables de l’UEFA de donner 30 % de cette somme aux victimes de inondations en France. Ce geste, pour une fois, aurait été le bienvenu.

Mais le foot business a sans doute une autre morale…